• Romans Courtois

    La Matière de Bretagne

    Je connaissais les romans avant même de connaître le terme. Il regroupe en littérature toutes les œuvres écrites rapportant les aventures du Roi Arthur et de ses chevaliers. L'ensemble de ces textes ont été écrits sur une longue période, entre le IXe et le XVe siècle.

    Qu'est-ce que c'est ?C'est dans l'Historia Brittonum (que l'on prête volontiers au Breton Nennius) qu'il est fait mention pour la première fois d'un chef de guerre (dux bellorum) du nom d'Arthur. Au cours des siècles qui suivirent, le récit se propagea dans toute l'Europe, et d'un conteur à l'autre de nouvelles histoires et de nouveaux héros vinrent rejoindre l'entourage de ce roi entré dans la légende.

    C'est à la cour du roi Henri II Plantagenêt d'Angleterre et de son épouse Aliénor d'Aquitaine que les mythes arthuriens prirent une importance nouvelle. Le couple royal dominait alors une grande partie de l'Europe. Henri régnait déjà sur l'Angleterre, l'Irlande, la Normandie, le comté d'Anjou et celui du Maine, par son mariage avec Aliénor, il ajouta à ses fiefs le vaste et très convoité duché d'Aquitaine ainsi que le comté du Poitou.

    Henri II Plantagenêt se servit du mythe arthurien pour asseoir son pouvoir, maintenir son autorité et unifier l’île de Bretagne. Couronné en 1154 après moult difficultés (petit fils d’Henri Ier, désigné comme successeur mais écarté du trône par le neveu du roi défunt), il confisque la légende à son profit. Afin d’estomper les origines non-anglaises de la dynastie des Plantagenêt, Henri II préférera s’appuyer sur la civilisation bretonne en se présentant comme le digne successeur d’Arthur, bel et bien mort lors de l’ultime bataille. Car le monarque doit affirmer son autorité : vassal du roi de France pour le duché de Normandie, il a besoin du soutien breton contre les revendications saxonnes qui ont du mal à accepter la domination normande sur l’Angleterre. Afin de renforcer cette analogie, il tente même sans succès de conquérir l’Irlande et l’Écosse afin de réunir sous sa bannière l’ensemble du royaume supposé d’Arthur.