• Deadman's Cross #1 - Deadmen Walking, de Sherrilyn KenyonRésumé (Traduction par Dark-Hunter Francophone) :

    Pour capturer le mal, utilisez le mal.

       Devyl Bane, ancien chef de guerre qui n'a absolument aucun amour envers l'humanité.
    Pourtant, pour assouvir une vengeance il doit revenir dans le monde des humains comme l'un des pirates les plus notoires du Nouveau Monde.
    Un homme aux nombreux secrets.
    Bane fait un pacte avec Thorn, un Hellchaser immortel chargé de s'assurer que les pires créations des dieux antiques ne s'abattent pas sur notre monde. Des monstres et des démons que Bane lui-même a commandé contre Thorn et les humains.
    Pendant une éternité, ces démons ont été enfermés derrière des portes enchantées ... qui commencent à se fissurer. Maintenant, Bane, avec un équipage de dangereux Deadmen à son commandement, est le dernier espoir de l'humanité pour réparer les portes et renvoyer les damnés à leurs éternelles prisons.

    Mais les choses ne sont jamais aussi simples. Et l'une de ses plus grandes contrariétés, à part empêcher son équipage de se faire tuer avant d'avoir une chance de sauver l'humanité, est le navire même sur lequel il navigue.
    Car le Sea Witch n'est pas seulement un vaisseau, c'est aussi une femme née d'une ancienne race que Bane a aidé à détruire durant une guerre de plusieurs siècles qui a opposé leur deux races... une femme qui est aussi la sœur de leur cible principale.

    Maintenant, Marcelina, le Sea Witch, doit choisir.
    Soit elle reste fidèle à sa sœur démoniaque et à sa race presque éteinte contre Bane et sa cause, et regarde l'humanité tomber, soit elle met sa foi en un ennemi qui l'a déjà trahie. Son peuple contre la totalité de l'humanité...espérons que Bane puisse l'influencer en sa faveur.


    Me voilà embarquée dans une nouvelle série, sans dériver vraiment d'un univers familier. Et c'est parti pour le premier opus d'une trilogie de Fantasy Historique, un genre totalement différent de la "série mère", Dark-Hunter, et tout aussi différent encore de l'autre série dérivée, Les Chroniques de Nick. 
       Avec ce tout nouveau roman, Sherrilyn Kenyon nous invite à bord du Sea Witch, voguer dans les Caraïbes en plein Âge d'or de la piraterie, en compagnie du Capitaine Devyl Bane.
       Deadmen Walking est l'amorce d'un nouveau monde, qui vient se greffer sans difficultés à l'univers déjà très vaste et complexe qu'à créé Kenyon avec sa série Dark-Hunter. En quoi est-ce une part de cette univers ?
       Et bien la trilogie Deadman's Cross concerne les Hellchasers et leur chef énigmatique, Thorn. L'occasion d'en savoir plus sur celui qui se présente, parfois, comme le fils de Lucifer. Ces "Deadmen", ces "Hellchasers des mers" vont rencontrer d'autres pirates, l'un d'entre eux étant le futur Dark-Hunter, Rafaël Santiago (il y a aussi Jean-Luc - croisé dans L'homme tigre - qui est lui aussi encore humain, mais n'est que mentionné). Et à bord se trouve la Dark-Huntress Janice, qui les aide à combattre des ennemis d'un nouveau genre, bien plus puissants que ce qu'on a pu rencontrer jusqu'ici. Comme promis par Sherrilyn Kenyon, quelques clin d'oeil ont été faits à sa première série de pirates, Sea Wolves. (Pirate de mon cœur, publié chez J'ai Lu).
       Devyl Bane est un homme complexe et passionnant. Sa généalogie est à la fois surprenante et impressionnante, c'est un personnage ambigüe, capable d'acte de bonté, mais aussi d'une extrême violence. Devyn est très puissant aussi, mais sous contrat avec Thorn, comme tout son équipage. Un équipage qui ne compte finalement aucun humain : sorcière, Dark-Huntress, démons ou même sirène, tous ont une bonne raison d'avoir accepté de marchander avec Thorn. Au bout du voyage, ils pourront regagner leur rédemption. Mais avant d'être libres, il devront combattre, et survivre.
       Fidèle à son habitude, Sherrilyn Kenyon mélange les genres, brouille les codes établis. Oui, c'est un récit de fantasy, mais cela empêche t'il une histoire d'amour ? La romance n'est pas du tout le coeur du récit, l'action en reste le pilier mais le rapprochement entre certains personnages est un agréable petit plus qui se fond aisément dans les évènements.
       Qui dit Capitaine de navire, dit navire. Et Marcelina EST le Sea Witch, sa relation avec Devyl  est à la fois simple et très compliquée. Leurs sentiments le sont aussi, et ils sont constamment en conflit, ce dont leurs "enfants" (les membres d'équipage appellent affectueusement Marcelina "Maman") semblent en avoir l'habitude. Sherrilyn Kenyon aime les histoires de coeur compliquées avec leurs points faibles, leurs points forts et leurs défauts, tout comme les personnages au passé plus qu'obscur.
       Deadmen Walking est une bonne amorce dans ce nouvel univers. Et je le précise, il peut très bien être lu indépendamment, et il n'est donc pas nécessaire de connaître l'univers Dark-Hunter pour profiter de l'histoire et la comprendre.
       Le petit bémol c'est justement que, du fait d'être en quelque sorte le prologue d'une nouvelle histoire, nous devons assimiler très vite de nouveaux personnages ; une nouvelle mythologie avec des divinités propres aux Caraïbes, mais aussi avec les mythologies celtes et nordiques, qui n'avaient été qu'évoquées dans la série Dark-Hunter, etc... ce qui rend le récit complexe car surtout très riche en nouvelles informations. Sans compter toutes celles qu'on apprend, en lien avec la série mère. En effet, les lecteurs attentifs découvriront des liens avec la famille Devereaux, avec le Malachai, sur Thorn bien sûr et sur quelques autres.
       J'ai hâte de lire le deuxième tome, l'année prochaine. Car une bataille s'est achevée, mais la guerre elle, n'est pas encore terminée !


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique