• Diana GABALDON : Outlander (Le cercle de pierres)



    Diana Gabaldon est devenue l'une de mes auteur fétiche en écrivant la série Le Chardon et le Tartan (Outlander / Le Cercle de Pierre, selon l'édition). Ses romans sont assez difficiles à classifier puisqu'ils empruntent tant au roman d'amour qu'au roman historique et au fantastique (puisque l'héroïne voyage dans le temps). Je lis donc les romans de Diana Gabaldon depuis presque 12 ans, dès ma première lecture, je suis irrémédiablement entrée dans les rangs des "Gabaldingues" .

  • (Outlander) Tome 1 : Le Chardon et le TartanTitre original : Oulander ("Cross Stitch" en Grande-Bretagne et en Australie)
    Année de publication originale :
    1991
    Année de publication française :
    1995 (Presses de la Cité)

    Résumé
    : Claire Beauchamp-Randall, ancienne infirmière de l'armée britannique, passe des vacances tranquilles en Écosse où elle s’efforce d'oublier les horreurs de la Seconde Guerre mondiale et de rattraper le temps perdu auprès de son mari, un brillant historien passionné de généalogie, récemment démobilisé. Au cours de ses promenades dans la lande, elle découvre un ancien site mégalithique où se déroulent d'étranges cérémonies. En voulant inspecter de plus près un menhir... elle se retrouve transportée deux cents ans en arrière.
    1743. L’Écosse traverse une période troublée. Les Highlanders fomentent un nouveau soulèvement contre l'occupant anglais et préparent la venue de "Bonnie Prince Charlie", le prétendant au trône. Plongée dans un monde de violence et d'intrigues politiques qui la dépassent, Claire ne devra compter que sur elle-même pour surmonter les nombreuses épreuves qui jalonnent ce formidable voyage dans le temps. Elle connaîtra l'aventure et le danger, l'amour et la passion, la sorcellerie et l'espionnage. Avant le moment crucial où il lui faudra choisir entre ce monde palpitant qu'elle aura découvert et le bonheur qu'elle a connu et qui, pourtant, lui paraît si lointain...


    C'est en 2003 que j'ai acheté et lu ce roman. Attirée par le sujet, je m'en suis emparée sans savoir où ce livre allait m'emmener. Car en découvrant le récit de Diana Gabaldon, j'ai aussitôt développé un intérêt encore plus grand pour l'histoire de l’Écosse. Devenue sans même m'en rendre compte une "Gabaldingue", ces livres devinrent pour moi une véritable addiction.

    L'écriture m'a tout de suite séduite, les faits sont racontés et décrits avec une telle justesse, qu'on s'y immerge facilement. J'ai voyagé par procuration.
    Le personnage de Claire, avec son franc-parler est aussi une bonne surprise, car elle ne ressemble en rien à toutes les héroïnes que l'on pourrait rencontrer dans ce genre de littérature (j'entends par là, dans les "romances", les livres de Diana Gabaldon étant souvent catégorisés comme tel. Cependant, au vue du texte, pour moi ils restent avant tout des romans historiques).
    Claire est une infirmière, ce qui est bien en 1945 mais l'est un peu moins en 1743, à une époque de superstitions où les femmes dites "savantes" étaient aisément montrées du doigts.
    Le temps de nous présenter l'héroïne et de nous attacher à son mari, Frank Randall, et tout s'enchaîne. Alors qu'elle se promène sur le site mégalithique de Craig Na Dun*, la voilà propulsée en 1743. Ce qui est appréciable, c'est que Claire est loin d'être une idiote et comprend très vite dans quelle situation elle se trouve, et du coup, ce qu'elle ferait mieux de ne pas dire. Même si, réflexe conditionné, plusieurs mots de médecine moderne lui échappe régulièrement, de même que quelques références culturelles (et quelques insultes).

    A peine arrivée, elle va se retrouver "otage" d'un groupe de Highlanders, l'ayant sauvée des griffes d'un capitaine des Dragons (et, naturellement, un Anglais) : Jack Randall dit "Black Jack". L'aïeul de son époux, qui est tout son portrait.
    Cet homme est tout à la fois le rêve et le cauchemar de tous les généalogistes (ce qui passionnait aussi Franck). En cela que les archives nous donnent, c'est vrai, beaucoup d'informations sur nos ancêtres, mais nous laissent toujours un goût de frustration car on ne peut qu'imaginer leur personnalité réelle, et leur apparence. Si l'occasion nous était donnée de pouvoir les rencontrer, sans doute pourrait-on très vite le regretter. C'est exactement ce qui se passe lorsqu'on croise, en même temps que Claire, le fameux Jack Randall. Il est probablement (et même certainement) en tête de liste des "pires pourritures", il collectionne tous les vices : viols, tortures, meurtres... c'est un homme qui ne prend du plaisir qu'en faisant souffrir les autres, en employant les méthodes les plus abjectes.
    Âmes sensibles s'abstenir, certaines scènes sont à vous soulever l'estomac, et je pense notamment à des scènes, vers la fin du roman.

    Le mariage, arrangé entre Claire, et le jeune highlander James (Jamie) Fraser, de quatre ans son cadet, peut faire sourire par son côté cliché. Mais tout se justifie, sans accroches. Leur couple réussit à nous faire passer du rire au larmes, avec un naturel déconcertant.
    Autour d'eux gravitent un grand nombre de personnages, qu'on aime ou qu'on déteste selon les cas. Ian Murray, le beau-frère et ami d'enfance de Jamie, fait partie de mes préférés, même si on l'a peu vu. Et sa femme, Jenny, est véritablement adorable. C'est un petit bout de femme qui ne se laisse pas marcher sur les pieds et dirige sans ciller le domaine de Lallybroch. Il y a aussi le taciturne Murtagh, qui ne parle pas beaucoup mais qui pourtant, m'a souvent fait rire.
    Colum et Dougal MacKenzie, les deux oncles de Jamie, sont eux aussi, deux individus marquants.
    Et puis, parce qu'il faut bien un autre petit élément perturbateur, il y a Laoghaire (prononcez "Lee-ree"), une jeune fille qui n'a d'yeux que pour Jamie, et voit donc Claire comme une rivale à éliminer.

    Ce livre pose aussi une question : Claire doit-elle ou non partager ce qu'elle sait de l'avenir pour protéger ceux qu'elle aime ? En effet, en 1746 aura lieu la bataille de Culloden, qui signera l'arrêt de mort des clans. Les mouvements jacobites ont déjà lieu.
    Mais l'Histoire peut-elle seulement être changée ?

    De même, et ce sont aussi des questions que se posent Claire, ces voyages dans le temps sont-ils possibles dans les deux sens ? Peut-elle revenir en arrière ? Et surtout, est-ce qu'elle est la seule à qui s'est arrivée ?
    Certaines réponses, sont données dans ce premier opus.

    Le livre se termine en 1745... les combats se rapprochent, et Claire, épaulée par Jamie, a décidé d'agir.

    Pour finir, j'ajouterais que les livres de Diana Gabaldon sont indispensables pour tous ceux qui s'intéressent à l'histoire de l’Écosse. Surtout parce que l'auteur a fait de très nombreuses recherches pour coller un maximum à la réalité politique, historique et culturelle de l'époque. En cela, pour moi, ces livres seront toujours des romans historiques avant tout, puis de la romance (juste ce qu'il faut), et pour finir, avec une petite touche de fantastique.

    Le temps de re-re-lire le deuxième tome, et je reviens...


     

    *Craig Na Dun, le cercle de pierre près d'Inverness, est une invention de Diana Gabaldon pour les besoin de son roman. Il n'y a pas de site mégalithique aux abords d'Inverness. En revanche, elle s'est inspirée de Clava Cairns.
    D'autres lieux liés à Claire et Jamie, sont inventés mais inspirés de bâtiment réels, tels que la prison d'Ardsmuir, LallyBroch (ou "Broch Tuarach").


    Les différentes éditions :

    (Outlander) Tome 1 : Le Chardon et le Tartan - Diana Gabaldon -

     

     

     


    2 commentaires

  • (Outlander) Tome 2 : Le Talisman
    Titre original : Outlander - Book 2 - Dragonfly in Amber 
    Date de publication originale : 1992
    Date de publication française : 1996 (Presses de la Cité)
    Résumé :

    1968. A la mort de son mari, le docteur Beauchamp-Randall emmène sa fille en Ecosse, sur les lieux mêmes où, vingt ans plus tôt, elle a vécu d'extraordinaires aventures. Le deuxième volume de la grande saga Le Cercle de pierre.

    Là, elle révèle à Brianna l'incroyable secret qu'elle n'a jamais dévoilé depuis qu'elle fut retrouvée inanimée auprès d'un menhir, dans un ancien site mégalithique, après trois années d'une absence inexpliquée. Ce second volet des aventures de Claire Beauchamp à travers l'Histoire entraîne le lecteur dans le Paris du siècle des Lumières. Après avoir fui l'Ecosse où ils sont devenus hors-la-loi, Claire et Jamie, le jeune Highlander qu'elle a épousé, gagnent la capitale française à la rencontre de Charles-Edouard Stuart, le prétendant au trône d'Ecosse et d'Angleterre, venu solliciter l'appui de son cousin Louis XV. Leur objectif : décourager ses tentatives d'accession au trône qui, Claire le sait, marqueraient à coup sûr le début d'une répression sanglante dans les Highlands. Le couple se lance alors dans une course effrénée pour modifier le cours de l'Histoire. Pour cela, il devra affronter un monde sans pitié où il ne pourra compter que sur lui-même et la force de son amour avant de découvrir, à ses dépens, qu'on ne joue pas impunément avec la destinée humaine.


     Ma première surprise en ouvrant le livre, ce fut la date. On se retrouve en Ecosse... mais en 1968.
    Le petit Roger MacKenzie (aperçu 20 ans plus tôt, dans le premier tome) a bien grandi le tri dans les affaires de son défunt père adoptif. C'est alors qu'il reçoit la visite de Claire Randall, revenue d'Amérique, et de sa fille, Brianna Randall.

    QUOI ?! La première fois que j'ai lu ces lignes (en 2003), j'aurais voulu pouvoir sauter des pages, lire le plus vite possible pour comprendre comment, et pourquoi... Étrangement, même ce sentiment reste à chacune de mes relectures. Même si depuis, je sais.

    Je vais vous en donner un aperçu, en faisant comme si je venais de le lire pour la première fois.

    Claire est donc vraisemblablement repassée par Craigh Na Dunn et est retournée auprès de Frank. Mais Brianna, c'est évident dès le départ, n'est certainement pas la fille de ce dernier, mais plutôt celle de James Fraser, et la petite-fille de Brian Fraser. Jamie est-il donc mort à Culloden ?

    C'est en tout cas ce que confirme Claire quand elle demande à Roger d’entamer des recherches sur le devenir de certains hommes de Lallybroch. Ni Roger, ni Brianna ne connaissent son histoire. Frank est décédé il y a peu et pour Brianna, c'est bien lui, son père.

    Le Talisman est un livre frustrant sur bien des points. Je voulais que tout aille plus vite, pour tout savoir, tout de suite. Mais Diana Gabaldon a une écriture très efficace qui sait comment torturer ses lecteurs.  Claire mais beaucoup de temps à avouer la vérité, car comment la dire, et par où commencer ?
    Ce n'est qu'à partir de l'instant où elle dévoile l'identité de James Fraser que tous les blancs sont comblés. 

    On retrouve donc Claire et Jamie en France, en 1745, bien décidés à changer l'Histoire en mettant à mal le projet du prince Charles-Edouard Stuart, et tuer ainsi dans l’œuf la révolution jacobite. Intrigues politiques et jeux de séduction à la cour de France sont les piliers de ce tome. Mais c'est aussi le retour de Black Jack Randall, qui vient perturber beaucoup de choses dans les projets de nos deux héros.
    C'est aussi l'occasion de rencontrer de nouveaux personnages, dont l’aïeule de Frank, Louise, une jeune femme si douce et gentille, qu'on se demande (de même que Claire), comment elle en est venue à épouser un homme aussi vil que Jack Randall. Et dans la famille, on découvre aussi le jeune Alexander... le parfait opposé de son grand-frère. En sa présence, Jack Randall montre une personnalité qu'on aurait même pas soupçonné. 
    C'est un livre riche en surprise, en rebondissements mais qui fera aussi verser quelques larmes à certains.

    L'Histoire ne peut vraiment pas être changée...

    C'est aussi le retour à Lallybroch, c'est avec plaisir que j'ai retrouvé Jenny (enceinte de son troisième) et Ian. Mais l'Histoire les rattrape, et le soulèvement jacobite gronde dans les Highlands. Jamie et les hommes de son clan n'ont pas d'autre choix que de rejoindre l'armée de "Bonnie Prince Charlie".

    Pour savoir pourquoi et comment Claire a finalement accepté de passer à nouveau par Craigh Na Dunn, je vous invite à lire ce livre.


    Les différentes éditions :

    (Outlander) Tome 2 : Le Talisman - Diana Gabaldon -


    votre commentaire
  • (Outlander) Tome 3 : Le VoyageTitre original : Outlander - Book 3 : Voyager
    Année de publication originale : 1994
    Année de publication française : 1997 (Presses de la Cité)

    Résumé : Vingt ans après son incroyable périple au coeur du XVIIIe siècle, Claire Randall a refait sa vie. Pourtant, le temps n'a rien effacé du souvenir de Jamie Fraser et des années tumultueuses qu'elle a vécues à ses côtés. Aussi, lorsqu'elle apprend que celui qu'elle n'a jamais cessé d'aimer a survécu à la sanglante bataille de Culloden, qui a vu la défaite de l'armée écossaise, elle se retrouve confrontée à un terrible dilemme : osera-t-elle entreprendre une nouvelle fois le voyage en arrière dans le temps ? Jamie a-t-il refait sa vie lui aussi ? Armée de son seul courage et de son amour, elle tente le tout pour le tout. A peine réuni, le couple est emporté à nouveau dans un tourbillon d'aventures palpitantes...


    16 avril 1746 - Culloden
    En parler était inévitable. Diana Gabaldon ne pouvait pas ne pas dépeindre avec ses mots cette bataille et ses conséquences pour l’Écosse toute entière. La bataille est terminée, c'est un massacre, une boucherie, et la défaite de l'armée écossaise. Jamie Fraser y était, et on revient en arrière pour découvrir ce qu'il est devenu, comment il y a survécu. Il se réveille au milieu des cadavres, et sous le poids de celui de Black Jack Randall... cette fois aucun doute, il est bien mort.
    Blessé, Jamie ne pense qu'à mourir, comme il l'avait décidé.
    Les soldats anglais, les tuniques rouges, passent pour éxécuter les survivants avant de les jeter dans les fosses communes. Il pense voir sans voeu exaucer mais c'est sans compter cette stupide dette de vie. Pour avoir épargné celle d'un petit Lord anglais quelques mois plus tôt, il est renvoyé chez lui... une liberté de courte durée car il est toujours recherché.

    En parallèle, nous suivons les recherches de Claire, Brianna et Roger, en 1968. Au fur et à mesure de leur découverte, on revient dans le passé, vers Jamie. Leur but : tenter de savoir comment il a échappé à Culloden, et ce qu'il est advenu de lui ensuite.

    D'abord fugitif, et se rend pour épargner sa famille et leur faire profiter de la récompense mise sur sa tête. Il est envoyé à la prison d'Ardsmuir, où il passera quelques années. Là-bas, il retrouve le jeune Lord John Grey, fraîchement installé au poste de directeur de la prison. Lentement, un lien entre les deux hommes se tissent.

    John Grey est un homme que j'aime beaucoup. Certes, c'est un anglais, et même si lorsqu'on lit les livres de Diana Gabaldon, notre cœur bat pour l’Écosse, difficile de ne pas l'apprécier. Lui aussi est un survivant de Culloden. Il y a perdu son amant, Hector, dont il a gardé la chevalière. Lord John a aussi cela d'interessant, il est homosexuel a une époque où l'être conduisait en prison, voire à la mort.
    Il avait seize ans lorsqu'il a rencontré les Fraser, dans un contexte dont il a gardé rancune. Mais à Ardsmuir, la relation entre les deux hommes va changer. De la méfiance, ils vont passer à la confiance puis au respect. Le respect va devenir ensuite une profonde amitié et pour Lord John, de l'amour.

    C'est grâce à lui que Jamie va échapper à la déportation dans les colonies (les prisonniers jacobites y étant envoyé en tant qu'esclave, ou plutôt, "sous contrat de servage"). A la place, il doit entrer au service de la famille Dunasy, en Angleterre, en tant que palefrenier.
    C'est sous la contrainte et la menace qu'il devient alors l'amant de la jeune Geneva Dunasy. Voilà qui donne un grand coup dans l'image idéalisée du couple Jamie/Claire, car de Geneva naîtra un fils, William, pour lequel il devra pour toujours taire sa paternité.

    Plus tard, c'est de nouveau John Grey qui va faire de James Fraser, un homme officiellement libre.

    Alors qu'en 1968, Claire, sûre à présent de sa survie, prend la décision de la rejoindre... vingt ans ont passés depuis Culloden. Et enfin, les retrouvailles. Elles ont lieu à Édimbourg, comme s'ils ne s'étaient jamais quittés. Des retrouvailles émouvantes, presque maladroites et gênées après toutes ces années. Jamie découvre aussi avec émotion les traits de sa fille qu'il ne connait pas grâce aux photographies que Claire a emportées avec elle.
    C'est aussi l'occasion de dépeindre la vie dans la capitale écossaise, mais aussi dans les Highlands. La misère et la faim qui poussent la population à chercher ailleurs leur salut... et l'Amérique semble être le rêve en comparaison de ce qu'est devenu la vie en Écosse.

    Les évènements s'enchaînent et entraînent alors Claire et Jamie au-delà de l'océan atlantique, aux Antilles.

    Je dois avouer que quitter l’Écosse me déplait. Mais c'est presque inévitable quand on traite de cette période de l'histoire. C'est après tout pour retrouver son neveu Ian que Jamie, Claire et Fergus, maintenant adulte, embarquent pour le Nouveau Monde. C'est là-bas que Claire découvrira l'existence du petit Willie, par l'intermédiaire de Lord John, devenu Gouverneur de la Jamaïque, et qui a adopté l'enfant.

     Préparez-vous au changement...

     


    votre commentaire
  • (Outlander) Tome 4 : Les Tambours de l'automneTitre original : Outlander - Book 4 - Drums of Autumn
    Année de publication originale : 1997
    Année de publication française : 1998 (Presses de la Cité)

    Résumé (France Loisirs 2003) : Échoués sur les rives de la Caroline du Sud en l'an de grâce 1767, Claire et Jamie Fraser, les voyageurs du temps, se lancent à la découverte de l'Amérique coloniale à l'aube de sa guerre d'Indépendance.
    La vie leur appartient désormais puisque Brianna, leur fille, vit en sécurité - du moins le croient-ils - dans un futur lourd de périls.
    Ils façonneront donc leur existence comme ils l'entendent, en prenant un nouveau départ avec un nouveau groupe d’Écossais exilés au Nouveau Monde pour fuir l'oppression de la Couronne anglaise.
    Mais l'histoire n'épargne personne...
    Lorsque Brianna les rejoint dans le passé, même les montagnes isolées dans lesquelles ils ont trouvé refuge ne peuvent protéger les Fraser, car la jeune femme arrive investie d'une double mission : retrouver la mère qu'elle a perdue et un père qu'elle ne connait pas et, surtout, les sauver d'un avenir tragique dont elle seule détient la clé.
    Avant que les portes du temps ne se referment sur eux...

    Charleston 1767 -

    Au Nouveau Monde, Jamie et Claire ne rêvent que d'une chose : avoir enfin un endroit où vivre en famille, sans crainte des persécutions de la Couronne britannique. Il ne leur reste qu'à en avoir les moyens. Jamie Fraser demeure un Laird dans l'âme en dépit de Culloden et de la mort du système clanique. Il essaie donc de réunir autour de lui les anciens détenus d'Ardsmuir.

    C'est aussi l'occasion pour nous de rencontrer sa tante Jocasta, la soeur deColum et Dougal. C'est une femme à la fois adorable et détestable. Et c'est aussi une femme qui a les moyens, et dirige son domaine de River Run d'une main de maître, elle est à la tête d'un commerce fleurissant.

    Je persiste, l'Amérique m'attire beaucoup moins que l'Ecosse. Néanmoins, c'est l'occasion de continuer cette grande fresque historique en plaçant Claire et James Fraser dans l'ombre de la Guerre d'Indépendance qui se profile à l'horizon. On se retrouve également face à l'esclavage (que supporte mal Claire) et les désillusions de certains émigrants qui ont tenté la traversée sans avoir eut véritablement le choix. Il y a aussi les relations, encore relativement cordiales, avec les indiens (Mohawks et Cherokees).

    A 45 ans, Jamie Fraser obtient les moyens de s'installer sur ses propres terres. Loin de Lallybroch, il s'établit avec femme et enfants (Fergus, Marsali, etc...) en Caroline du Nord, sur une propriété qu'il nomme alors Fraser's Ridge.

    Lord John et le jeune William vont revenir brièvement dans la vie des Fraser, créant au départ quelques tensions en raison de la présence du jeune garçon qui rappelle si fortement Brianna, une ressemblance pour laquelle Claire a beaucoup de mal à faire abstraction. Mais aussi par rapport aux liens très forts qui existent entre John et Jamie. Elle éprouve envers lui un mélange de colère et de jalousie, des sentiments dont a parfaitement conscience John, mais malgré tout, il reste très cordial avec envers elle et apportera souvent son aide aux Fraser.

    "Les tambours de l'automne" n'est pas le plus gros roman de la série et de loin (832 pages chez Presses de la Cité, en grand format) et même si ce n'est pas non plus le plus petit, il s'y passe beaucoup de choses, et dans un laps de temps relativement court, de presque trois ans. Et puis, nous revenons de temps à autre au XXe siècle, auprès de Brianna et Roger. Partageant maintenant un secret commun, ils se rapprochent et leur couple prend forme.
    Jusqu'à ce que ce qu'on pressent depuis le départ arrive. Brianna de décide de passer entre les pierres de Craig Na Dunn elle aussi... mais sans en avertir Roger. Bien décidé à la rattraper, ce dernier va tenter sa chance, même si elle a déjà six semaines d'avance sur lui.
    Le but de Brianna ? Elle a plusieurs motivations en réalité. D'abord revoir sa mère, puis rencontrer ce père qu'elle ne connait... et surtout les avertir du danger qui les guète.
    Mais rien ne va se passer comme prévu...

    Ce que je retiens de ce livre, et je pense que ça aura son importance dans l'avenir, c'est la faculté que Jamie semble avoir : apercevoir  en rêve Brianna, à travers le temps.
    Une chose qui ne fonctionnerait pas à sens unique puisque cette dernière raconte à Roger qu'elle a vu sa mère en rêve, tout en décrivant une scène du tome précédent.

    Le fantôme aperçu par Frank, en 1945 à Inverness... cette scène m'est revenue aussitôt en tête. Je suis depuis le départ, convaincue qu'il s'agit de Jamie.


    votre commentaire
  • En lisant quelques les commentaires de tous les nouveaux lecteurs de Diana Gabaldon qui découvrent les livres en même tant que la série télévisée, je me rend compte que beaucoup ne savent plus trop à quel éditeur se vouer. Et je les comprends, entre les "deux en un", les éditions poches et le reste, on peut s'y perdre. Dans les premières éditions françaises en grand format (Presses de la Cité ou France Loisirs), plusieurs ont été divisés en deux car l'original était trop épais.

    Plus récemment, et avec la montée en puissance de la série TV, les éditions J'ai Lu (qui avait commencé en poche, divisant encore plus les livres), a réédité, en suivant le format original, ce qui donne pour plusieurs, des pavés littéraires de 1000 pages. A l'exception de L'Echo des Coeurs Lointains, qui va semble t-il sortir en deux tomes français. Voici un petit récapitulatif, en images.

    Tomes 1 et 2 :
    Le chardon et le tartan (Outlander) & Le talisman (Dragonfly in Amber)

    Outlander : S'y retrouver avec les principales éditions françaises

    Tomes 3 et 4 :
    Le voyage (Voyager) & Les tambours de l'automne (Drums of Autumn)

    Outlander : S'y retrouver avec les principales éditions françaises


    Tome 5 : La croix de feu (The Fiery Cross)
    Outlander : S'y retrouver avec les principales éditions françaises

    Tome 6 : La neige et la cendre (A Breath of Snow and Ashes)

    Outlander : S'y retrouver avec les principales éditions françaises

    Tome 7 : L'Echo des Coeurs Lointains (An Echo in the Bone)

    Outlander : S'y retrouver avec les principales éditions françaises Tomes 8 : A l'encre de mon coeur (Written in my own heart's blood)

    Outlander : S'y retrouver avec les principales éditions françaises

    Diana Gabaldon écrit actuellement la suite, GO TELL THE BEES THAT I AM GONE. Mais elle en est toujours aux recherches historiques nécessaires pour en terminer l'écriture.
    Soyez patients, lecteurs et lectrices de Diana Gabaldon... l'écriture de chaque livre lui demande entre 3 et 5 ans... très rarement 2 ans :)


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique