• Le pays du nuage blanc, de Sarah LARK

    Le pays du nuage blanc, de Sarah LARKRésumé : Église anglicane de Christchurch (Nouvelle-Zélande) recherche jeunes femmes honorables pour contracter mariage avec messieurs de notre paroisse bénéficiant tous d'une réputation irréprochable.»

    Londres, 1852. Hélène, préceptrice, décide de répondre à cette annonce et de tenter l'aventure. Sur le bateau qui la mène au Pays du nuage blanc, elle fait la connaissance de Gwyneira, une aristocrate désargentée promise à l'héritier d'un magnat de la laine. Ni l'une ni l'autre ne connaissent leur futur époux.

    Une nouvelle vie - pleine d'imprévus - commence pour les deux jeunes femmes, qu'une amitié indéfectible lie désormais...


     Je me suis lancée sans préméditation l'été dernier dans la lecture d'une nouvelle saga historique et cette fois, j'ai voyagé jusqu'en Nouvelle-Zélande avec "Le pays du Nuage blanc". Un roman dont je n'avais jamais entendu parlé, mais quand je l'ai vu dans les rayons de la librairie je me suis dit : Pourquoi pas ? Découvrir au hasard sans idées préconçues par d'autres, ça peut permettre de découvrir de beaux romans, de belles histoires.
    Mais je vais malgré tout vous donner le mien, si vous le voulez.

    Les amoureux des grandes fresques historiques comme Outlander (Le cercle de pierres) apprécieront je pense - s'ils acceptent de quitter l’Écosse. Pour ma part, j'ai apprécié ce voyage. Mais il est aussi vrai que les romans historiques restent mon péché mignon.
    Ce roman c'est le récit de deux destins croisés de deux jeunes femmes issues de milieu très différents qui vont se tourner vers un avenir pourtant similaire, ou presque. Toutes deux ne se connaissent pas mais vont quitter l'Angleterre au même moment vers une contrée inconnue. Au court du voyage, elles se lieront d'amitié.
    Gwynera et Hélène ont un destin semblable. L'une va devoir honorer une promesse de son père en épousant un homme qu'elle n'a jamais vu, dans un pays qu'elle ne connait pas. L'autre répond à la demande écrite d'un homme qui là-bas, cherche une épouse. Elle ne le connait qu'à travers deux uniques lettres, mais va accepter. Elle sera pendant le voyage, le chaperon d'un petit groupe de fillettes orphelines destinées à devenir domestiques dans les maisons des britanniques expatriés.
    Pour les unes comme les autres, c'est un pari sur l'avenir. Qui ne sera peut-être pas toujours gagnant.

    On passe de l'une à l'autre au fils des chapitres, car leurs espoirs et leurs désillusions se ressemblent. Howard O'Keefe, le prétendant d'Hélène, ne se trouve pas être le gentleman tel que le pressentait sa lettre. Quant à Gwynera, elle est complètement ignorée par son époux, et sa liberté se retrouve bridée par son beau-père.  Une liberté et une passion qu'elle trouvera dans les bras du courageux James MacKenzie, mais à quel prix ?

    Les années défilent. Vingt ans en un seul volume. Mais rassurez-vous, le livre est aussi épais que le texte est dense. Sarah Lark ne fait pas que survoler l'Histoire de la colonisation de la Nouvelle-Zélande par les britanniques, elle en explore tous les recoins et les aspects. L'intègre pleinement à la vie de ses deux héroïnes. Les bons comme les mauvais côtés, deux visions différentes, deux états d'esprit et au final une critique bien maîtrisée par l'auteur sur des évènements pas toujours reluisants de cette époque.

    Je recommande. Mais seulement si vous appréciez les pavés littéraires, historiques et toujours un brin romantiques.


  • Commentaires

    1
    Vendredi 11 Août à 09:25

    Je l'ai lu et j'ai aimé , la trilogie en entière est très bien avec une place pour les Maoris intéressante . Une bonne lecture :)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :